Nous, les Magnifiques…

Il est des romans qui vous saisissent au plus profond de votre coeur et qui ne vous lâche plus jusqu’au dernier mot. Les romans de Julie de Lestrange sont de ceux là. Pourquoi sont-ils si doux, si forts, si bouleversants à parcourir ?… c’est que sa plume délicate et bienveillante sait comme aucune autre parler de nous… avec une tendresse et une humanité sans pareil. Pas d’êtres parfaits, pas d’amour idyllique, pas de contes de fées, pas de « ils se marièrent, eurent bc d’enfants et vécurent heureux jusqu’à la fin de leurs jours sans aucun moment de doute, sans aucune embûche sur le chemin »… Julie parle de nous, êtres humains fragiles et pétris de certitudes, dont les chemins tortueux sont construits sur des petits bonheurs mais aussi de petites trahisons, des histoires faites de tendresse, d’amour d’enfance, d’amitié profonde et solide mais aussi de doutes, de remise en question, d’envie de vengeance, de colère… Si ces romans bousculent, c’est qu’elle nous tend un miroir et qu’elle nous autorisent à être imparfaits… dans une société qui réclame sans cesse l’inverse, à une époque où les réseaux sociaux nous poussent à encore plus porter le masque « ma vie est parfaite »… Alors merci Julie de nous autoriser à être nous, tes romans font du bien parce qu’ils nous libèrent, même si ce n’est que le temps d’une lecture, des carcans dans lesquels nous nous enfermons parfois tout seuls.

Nous, les Magnifiques est la suite des deux romans précédents : Hier encore c’était l’été et Danser encore. J’ai adoré retrouver les personnages d’Alexandre, Sophie, Marco et Anouk. Comme l’impression de retrouver une famille, ou des copains de toujours qui auraient été absents trop longtemps. Et si ce roman a fait pour moi écho encore plus que les précédents c’est qu’il aborde les questionnements qui surviennent à la quarantaine. Comme si à cette période où nos vies sont bien établies, nous en remettions en cause les fondements, le sens… comme un besoin de renouveau. Comme si d’une vie passée à courir, envahis par nos responsabilités d’adulte, nous avions besoin de nous poser et prendre un nouveau souffle. Je me suis retrouvée dans le personnage de Sophie (la sérénité retrouvée grâce au yoga, la quête de sens avec une vie plus tournée vers le bien être et vers les autres, le besoin de faire plus de choses pour elle même) et d’Anouk (cette envie de vivre pleinement, la créativité, la vivacité, la liberté… le questionnement sur le fait d’avoir ou non des enfants).

Nous ne courons pas après le bonheur, nous courons après l’image du bonheur que la société a construite pour nous. Chacun, chacune de nous est différent : pourquoi nos vies devraient-elles toutes être à la même image ?… Fermons un instant nos oreilles au brouhaha du monde, et ouvrons les sur nous mêmes, écoutons nous, écoutons ce que nous avons au plus profond, c’est là qu’est logé le bonheur qu’on nous apprend à étouffer dès l’enfance. Apprenons à cultiver notre différence, apprenons à libérer ce que nous sommes, apprenons à nous écouter et à prendre le temps de faire ce qui nous fait du bien, apprenons à lâcher prise et à ne plus redouter le regard et le jugement des autres. Nous sommes toutes et tous magnifiques. Alors soyons nous mêmes.

 » – Tu veux que je te dise ? reprend-elle peu après sans me regarder

– Vas-y.

– Peut-être que je ne suis pas mariée, peut-être que je n’ai pas d’enfant, que je n’ai pas réussi à « construire » quelque chose avec quelqu’un, c’est vrai, mais je suis quand même magnifique.

Je souris. – Tu es magnifique ?

Nous sommes tous magnifiques. Tous talentueux pour une chose ou une autre. L’important, c’est de trouver sa place. Rayonner avec ce que l’on est, où que l’on soit. Moi, avec mes sculptures, mes cours de yoga. Toi, avec tes films, ta famille. Qu’à la fin il y ait plein de monde autour de notre cercueil. Comme pour papa. Tu te souviens comme ça nous a surpris ? C’est ce que je veux retenir de lui. L’importance de laisser une trace positive dans des dizaines de vies. On grandit tous les uns avec les autres. Et ce n’est jamais fini. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s